rmcsport-1

Le groupe Altice tenait une conférence de presse ce mardi, l’occasion d’officialiser un changement de dogme à quelques mois de l’arrivée de la Ligue des Champions sur ses antennes.

SFR Sport est mort, vive RMC Sport ! La marque, fer de lance de la stratégie de convergence lancée en grande pompe en 2016 à l’occasion de l’arrivée de la Premier League au sein du groupe, vit ses derniers mois. Depuis ce lancement, en moins de deux ans, le groupe s’est offert pour les saisons 2018 à 2021 la Ligue des Champions, la stratégie consistant à offrir SFR Sport à l’ensemble des clients n’a pas montré ses résultats et la confiance des investisseurs s’est étiolée.

Ce printemps était donc l’occasion de clarifier la conduite du groupe en matière de contenus, après plusieurs mois de flou artistique entre la stratégie initiale, la crise boursière et les annonces du jour. Le discours tenu par Alain Weil est on ne peut plus clair : Le meilleur moyen de générer des revenus avec ces chers contenus (plus de 100 millions d’euros annuels pour la Premier League jusqu’en 2019, plus de 350 millions pour les Coupes d’Europe à partir de septembre) est de les rendre accessibles au plus grand nombre sur un modèle sans engagement.

Une distribution souhaitée chez l’ensemble des opérateurs concurrents

Pour cela, tous les canaux de distribution sont prévus. Au sein des offres SFR, évidemment, où RMC Sport deviendra une option payante, en OTT pour « viser 100% des français », mais surtout chez la concurrence.

Lorsque Altice a engagé des discussions en 2016 pour vendre ses chaines auprès des opérateurs concurrents, l’un des éléments de blocage essentiel était, derrière les prétentions financières, le nom des chaines. Il semblait absurde pour un opérateur de promouvoir par le biais de chaines la concurrence. Le précédent exemple de Orange Ciné Séries, devenu OCS et désormais largement diffusé en France n’y faisait rien, cet argument était rejeté par le groupe et notamment François Pesenti dans nos colonnes.

Mais maintenant que l’idée est de diffuser au maximum les chaines, SFR a changé d’avis. Une promesse est même faite, à savoir commercialiser ces chaines auprès de tous les opérateurs, et sur le satellite. Pour ce dernier point, Aucune précision n’est pour l’heure apportée concernant Canal, sachant que Fransat distribue déjà actuellement SFR Sport.

L’idée de renommer SFR Sport en RMC Sport s’appuie sur une marque déjà très puissante via la radio RMC et le site internet sportif RMC Sport. Les actuelles 5 chaines conserveront leur positionnement modifié au début de l’année, comme nous vous le révélions. BFM Sport, de son côté, deviendra RMC Sport News. Le ravalement de façade est annoncé pour l’été 2018.

15€ par mois, 5€ pour les clients SFR

La politique tarifaire annoncée est voulue comme attractive. Alors que SFR Sport coute actuellement moins de 10€ par mois, le nouveau bouquet enrichi de la Ligue des Champions sera facturé 15€ par mois. L’opérateur promet à ses actuels et nouveaux clients un tarif permanent de 5€/mois pour accéder aux contenus sportifs, au sein d’une option baptisée « Le Plus Sport ». A noter que cette stratégie est également appliquée aux contenus Ciné-Séries du groupe jusqu’à présent exclusifs et désormais en option pour 4€ par mois chez SFR et 10€/mois ailleurs.

Reste désormais pour SFR à signer des accords de distribution auprès de la concurrence pour que le modèle présenté devienne réalité. Mais le discours affiché est clairement volontariste de la part d’un acteur en recherche de revenus, et donc rassurant pour tous les amateurs de football soucieux de suivre les prochaines éditions des coupes européennes.